Service De Chirurgie Cancérologique Gynécologique et du Sein - Professeur Lecuru

Service de Chirurgie Cancérologique Gynécologique et du Sein

Pôle Cancérologie – Spécialités de l'HEGP.
Labellisé par l'APHP «centre expert cancer du sein» et «centre expert en oncologie gynécologique».

chirurgiegynecologique.eu


CHIP

Définition:
La carcinose péritonéale correspond à la présence de cellules cancéreuses dans la cavité péritonéale (cavité qui contient les organes abdominaux et pelviens).

En France, la chimio-hyperthermie intra-péritonéale (CHIP) est un traitement proposé pour la carcinose péritonéale, depuis 1988. Elle particulièrement adaptée dans la prise en charge des récidives des cancers de l'ovaire.

Concept :
Le principe repose sur la triple association : chirurgie de réduction tumorale complète / chimiothérapie intrapéritonéale / hyperthermie locale. Le but étant de stériliser une maladie cancéreuse microscopique, dans un souci d'améliorer la survie.

Le Cavitherm est le système utilisé pour la réalisation des CHIP à l'HEGP. Il permet la réalisation de ce traitement en régulant à la fois régulant le chauffage et la mise en circulation des fluides actifs.

Principes :
Les indications
La CHIP est indiquée dans les cas de récidives de cancer de l'ovaire, avec une résécabilité chirurgicale. Ce traitement s'intègre dans le cadre d'un protocole de recherche multicentrique (CHIPOR) et est proposé au malade par le chirurgien s'il remplit les conditions requises pour être inclus dans le protocole.

Les principes techniques

  • La résection :
    La réalisation de la CHIP exige dans un premier temps l'exérèse chirurgicale complète de la carcinose péritonéale macroscopiquement décelable (visible à l'œil nu) par le chirurgien. Cette cytoréduction chirurgicale minutieuse associée à la CHIP, dure plusieurs heures.
  • La chimiothérapie :
    Lorsque toutes les lésions tumorales ont été enlevées, l'abdomen du malade est rempli d'un liquide qui est chauffé à 42°C. Le liquide contenant la chimiothérapie, circule dans l'abdomen du malade pendant 1 h 30. Cette chimiothérapie délivrée par voie intrapéritonéale a l'avantage de baigner la totalité des surfaces des organes et parois de l'abdomen; elle expose ainsi les sites tumoraux intra-abdominaux à des concentrations élevées d'agents cytotoxiques qu'il serait impossible d'atteindre par voie systémique pour des raisons de toxicité.
  • Les suites opératoires :
    Après ce type d'intervention, un séjour en unité de soins intensifs est systématique, afin de dépister et traiter les effets toxiques de la chimiothérapie sur certains organes, les reins en particulier.