Service De Chirurgie Cancérologique Gynécologique et du Sein - Professeur Lecuru

Service de Chirurgie Cancérologique Gynécologique et du Sein

Pôle Cancérologie – Spécialités de l'HEGP.
Labellisé par l'APHP «centre expert cancer du sein» et «centre expert en oncologie gynécologique».

chirurgiegynecologique.eu


Reconstruction mammaire

Pour une patiente traitée par mastectomie (ablation du sein), l'image corporelle peut être modifiée et certaines patientes désirent faire reconstruire ce sein sans courir de risque de récidive.

Les techniques de reconstruction allient des compétences chirurgicales de chirurgie plastique ainsi qu'une expérience en oncologie mammaire. Les principales techniques proposées sont :

  • La reconstruction par prothèse : une prothèse est placée en arrière du muscle pectoral. Cette technique impose une souplesse cutanée pouvant être éventuellement acquise au moyen d'expandeurs (prothèses temporaires).
  • La reconstruction par lambeaux: - Le lambeau musculo-cutané du muscle grand dorsal : le prélèvement de ce muscle situé dans dos, de la peau et de la graisse en regard est amené en lieu et place de la mastectomie. Ce lambeau est maintenu par son pédicule vasculaire.
    - Le lambeau musculo-cutané du muscle grand droit de l'abdomen ou T.R.A.M. (Transverse Rectus Abdominis Myocutaneous flap) : le prélèvement de ce muscle situé au niveau de l'abdomen, de la peau et de la graisse en regard est transposé au dessus, au niveau du lit de la mastectomie. Ce lambeau est maintenu par son pédicule vasculaire.
    - Le lambeau des perforantes épigastriques inférieures ou D.I.E.P. (Deep Inferior Epigastric Perforator flap) : consiste en un prélèvement graisseux et cutané au niveau de l'abdomen, greffé par microchirurgie dans la zone de la mastectomie (Pr Lantiéri-HEGP).

    Le choix de la technique dépend en partie de la qualité du tissu cutané, de la consommation tabagique et des souhaits de la patiente.

    Toute technique comporte plusieurs étapes : une reconstruction du sein (forme et volume) dont le résultat est jugé quelques mois plus tard. Il peut être proposé des ajustements selon le désir de la patiente. Enfin l'aréole et le mamelon pourront être reconstruits.
Enfin, cette reconstruction est immédiate (dans le même temps que la mastectomie) réservée aux cancers in situ, ou secondaire. Cette option est choisie lorsque des traitements complémentaires sont requis, en particulier la radiothérapie qui entraine des modifications cutanées pouvant compromettre une reconstruction réalisée trop précocement. C'est pourquoi il est nécessaire dans ces cas d'attendre un délai de 6 mois avant d'envisager une reconstruction.