Service De Chirurgie Cancérologique Gynécologique et du Sein - Professeur Lecuru

Service de Chirurgie Cancérologique Gynécologique et du Sein

Pôle Cancérologie – Spécialités de l'HEGP.
Labellisé par l'APHP «centre expert cancer du sein» et «centre expert en oncologie gynécologique».

chirurgiegynecologique.eu


Cancer du sein - Traitements

La coordination entre le chirurgien, l'oncologue, le radiothérapeute et l'anatomopathologiste est nécessaire pour traiter une patiente présentant un cancer du sein. Au sein d'un centre agréé, la prise en charge multidisciplinaire peut comprendre :

Le chirurgien pratique une exérèse de la tumeur (mammectomie partielle) ou du sein (mastectomie ou mammectomie) selon la taille et le nombre des lésions ainsi que le volume du sein.

L'ablation des ganglions axillaires dépend aussi de critères clinico-radiologiques, soit sous forme d'un curage axillaire (exérèse de l'ensemble de la chaine ganglionnaire) soit par prélèvement du ganglion sentinelle (exérèse d'un ou deux ganglions). Cette technique réservée aux petites tumeurs comprend une détection par radio-isotope injecté la veille de l'opération, ainsi que d'un colorant en per-opératoire.

Pour les lésions non palpables, un repérage préopératoire est nécessaire par un « harpon métallique» ou par une méthode innovante de détection radio-isotopique permettant au chirurgien de localiser la lésion.

Des techniques d'oncoplastie, une reconstruction mammaire immédiate (dans le même temps opératoire que la mastectomie) ou secondaire (à distance) par prothèse ou par lambeaux musculo-cutanés, un lipofilling (comblement d'un défect par autogreffe de tissu graisseux) peuvent être proposés à des femmes désireuses de combler la perte d'un sein, ou de corriger des séquelles de radiothérapie ou de chirurgie antérieure.

Son objectif est de réduire le risque de récidive locale. Elle pourra comprendre l'irradiation du sein, de la paroi thoracique, des aires ganglionnaires. Elle consiste le plus souvent en une séance quotidienne pendant environ 6 semaines.

Selon le type de cancer, les patientes pourront recevoir une chimiothérapie afin de traiter des lésions à distance ou de diminuer leur risque de survenue. Elle est administrée par un boitier appelé chambre implantable qui peut être posé sous anesthésie locale ou générale. De nombreux protocoles sont disponibles, le plus fréquemment ils s'étalent sur 5 mois à raison de 6 à 8 cures toutes les 3-4 semaines. De nombreuses variantes sont possibles.

Actuellement 20% des cancers du sein sont accessibles à un traitement ciblé par anti-corps monoclonal : le trastuzumab.

Lorsque la tumeur présente une sensibilité aux hormones, il est nécessaire d'éviter la récidive en bloquant les hormones circulantes : il s'agit d'un traitement anti-œstrogène qui sera pris quotidiennement pendant 5 ans.

Au sein d'un réseau multidisciplinaire, chaque patiente bénéficie ainsi d'un plan personnalisé de soin associant certains de ces traitements. L'entourage, un soutien psychologique, les associations de malades, permettent d'encadrer une patiente durant cette période.