Service De Chirurgie Cancérologique Gynécologique et du Sein - Professeur Lecuru

Service de Chirurgie Cancérologique Gynécologique et du Sein

Pôle Cancérologie – Spécialités de l'HEGP.
Labellisé par l'APHP «centre expert cancer du sein» et «centre expert en oncologie gynécologique».

chirurgiegynecologique.eu


Cancer du col utérin - Dépister et même prévenir les lésions précancéreuses…

La majorité des infections par l’HPV guérissent spontanément.

En cas d’infection persistante, une lésion pré-cancéreuse peut apparaître: les néoplasies cervicales intra-épithéliales (ou CIN).

Il existe différents grades de lésions (CIN1, CIN2, CIN3). Ces lésions peuvent régresser spontanément, persister ou évoluer vers un cancer du col utérin.
Du fait de son évolution lente et de l'existence de nombreuses lésions précancéreuses curables, le cancer du col peut être dépisté à un stade précoce et même être prévenu par la détection des lésions qui le précèdent. Le dépistage repose sur le frottis cervico-utérin (FCU), qui permet de prélever des cellules au niveau du col utérin. Cet examen de dépistage doit être réalisé tous les 3 ans après deux FCU annuels normaux de 25 à 65 ans. Tout FCU anormal est suivi d'investigations diagnostiques complémentaires.

Il convient de réaliser une colposcopie, qui est un examen du col au microscope avant et après coloration par des produits mettant en évidence les lésions. Au cours de cet examen un prélèvement peut être effectué afin de confirmer les lésions (biopsie). Notre service comporte deux consultations de Colposcopie afin de faire le bilan des lésions éventuelles. En cas d'anomalie, une exérèse d'une partie du col emportant la lésion (conisation) peut être indiquée. Celle-ci est habituellement réalisée en chirurgie ambulatoire sous anesthésie générale. Le dépistage des lésions précancéreuses a permis une diminution de moitié de l'incidence et de la mortalité du cancer du col utérin depuis 20 ans.

En termes de prévention, il existe deux vaccins permettant de prévenir l'apparition de lésions en rapport avec le virus HPV (vaccins prophylactiques), en particulier de 2 types : papillomavirus 16 et 18. Son principe repose sur l'immunisation contre ces 2 types de virus avant tout contact potentiel.

On recommande actuellement de vacciner toutes les jeunes filles entre 11 et 14 ans (ou de 15 à 19 ans). Attention, cette vaccination ne se substitue néanmoins pas au dépistage, dans la mesure où d'autres types de virus peuvent également être à l'origine de lésions du col.